Championnats de France Masters (CLMI)

Après la montagne chambérienne des jours précédents, on change de décor en arrivant sur Aix-en-Provence et Marseille en pleine canicule. Il va faire chaud, très chaud pour ces championnats de France Masters. Si l’objectif reste la course en ligne le dimanche pour tenter de conserver mon titre Master 1, je participe aujourd’hui au chrono individuel. Davantage pour me débloquer les jambes avant le chrono par équipe le lendemain, que par ambition personnelle car sans matériel adapté je risque de prendre un éclat malgré la bonne forme du moment.

Championnats de France MastersD’autant plus que le parcours est pour vrais spécialistes : une ligne droite vallonnée en aller/retour, autant dire que les pousseurs de braquet vont être à la fête. Malgré tout je fais un échauffement sérieux sur rouleaux : une bonne demie-heure pour monter en température, sans mal car il fait déjà 30°C à 9h. Les départs s’échelonnant toutes les 20″ il convient d’être concentré sur la rampe de lancement ; je risque d’avoir rapidement des adversaires dans le retroviseur. 9h15′, un dernier conseil du coach Jean-Luc Antouly et c’est parti…

Après une bonne mise en action autour de 350 W, je plafonne dès qu’on aborde la partie légèrement descendante. Malgré une bonne fréquence de pédalage j’ai du mal à emmener du braquet, et maintenir les 300-320 W ciblés pendant la première moitié. Heureusement il n’y a pas de vent pour me gêner, la roue lenticulaire m’aide à garder une vitesse de croisière correcte. Sans surprise je me fais reprendre par trois concurrents dont Tristan Serraille ; partant cinq dossards derrière moi j’ai déjà perdu plus de 1’30” en moins de 10 km, aïe 😛 !

Championnats de France MastersSans me désunir je négocie le demi-tour puis relance sur le retour, plus montant donc plus favorable. Si Tristan se met hors de portée je tiens la cadence du concurrent suivant, en redouble un autre et creuse l’écart dans la remontée. Pas loin des 350 W je suis mieux qu’à l’aller ; la fréquence cardiaque continue de monter avec la chaleur et je donne tout. Avec mon adversaire direct c’est à toi, à moi… Conformément au règlement on se décale pour ne pas profiter de l’aspiration, mais sur une route étroite et divisée en deux pour l’aller/retour des coureurs ce n’est pas suffisant et nous nous faisons rappeler à l’ordre par un commissaire.

J’arrive à m’en débarrasser et finis cet effort pénible au sprint, en 27’00” @ 317 W. A presque 5′ du meilleur temps réalisé par Samuel Plouhinec, cela me classe 70° scratch et 14° des Masters 1. Une entrée en matière correcte, sans plus sur vélo classique : au moins j’ai pris mes marques pour le chrono par équipes demain, il me faudra de la force pour suivre mes coéquipiers Laurent Magnier (28° scratch – 3° M4) et Didier Bescond (37° scratch – 5° M5) qui ont roulé plus vite que moi aujourd’hui 🙂

Résultat(s) : CLM individuel

Laisser un commentaire