Bourgogne Cyclo

Près de 20°C à 8h30 : plus que le printemps, c’est l’été qui est en avance en Bourgogne 🙂 L’ambiance est détendue au départ, pas de question à se poser sur l’habillement, uniquement du côté de la boisson : est-ce que deux grands bidons vont suffire pour les 155 km de course ? Je tente le pari, tout en discutant avec les copains dans le sas : Frédéric Ostian, Mickaël Rodriguez, Cédric Richard, Jean-Francis Pessey, Julien Sauvigné ou David De Vecchi… Quelques bons coureurs FFC de 1ère catégorie sont également de la partie, ce qui promet une belle empoignade sur un parcours jamais plat, hérissé de côtes plus ou moins longues où l’on est toujours en prise. De mon côté les sensations sont correctes sans plus après deux semaines bien chargées depuis St-Tropez : on va essayer d’être patient jusqu’aux premières difficultés, histoire de ne pas rater le bon coup.

Bourgogne CycloComme souvent ça part vite, le vent nul incite de nombreux attaquants à tenter leur chance, Frédéric en tête. Dans un peloton compact je reste en retrait la première heure, vigilant en attendant que les jambes se débloquent. Ca vient petit à petit et je place une grosse accélération vers le trentième kilomètre, étirant fortement le peloton sans parvenir à faire la différence malgré un gros relais de Mickaël, puis Julien. Quelques hectomètres plus loin ça se relève et Cédric sort dans la descente : personne n’y va et il prend de l’avance en vue du col des Chèvres. C’est là que la décision risque de se faire, alors je reste tranquille les kilomètres précédents, idéalement placé dans les dix premières positions du peloton.

Dès le pied ça embraye fort derrière un coureur d’Annecy, particulièrement à l’aise vu son rythme de pédalage. Calé à PMA dans les roues je compte les interminables minutes jusqu’au sommet, rétrograde légèrement dans le replat mais parviens à basculer dans les dix de tête, ouf 🙂 Malheureusement l’entente n’est pas très bonne et ça revient dans la descente pour former un groupe d’une trentaine d’hommes. Deux coureurs dont Aurélien Philibert profitent du col de Brançion pour faire le break et la jonction avec Cédric, quelques kilomètres plus loin. La succession de difficultés entame les organismes, mais ne suffit pas encore à faire un réel écrémage : la situation se stabilise ainsi jusqu’à mi-course avec 1′ au crédit du trio de tête.

Bourgogne CycloL’enchaînement col de la Croix et col des Quatre Vents permet à Aurélien de s’isoler en tête ; au fil des accélérations nous faisons un gros rapproché des deux hommes à sa poursuite. Toujours aux avants-postes j’en fais beaucoup ; malgré les difficultés le groupe ne se réduit pas ce qui m’agace un peu 😛 Nous reprenons les deux contre-attaquants dans le col de la Croix-Montmain, et la décision se fait sur la côte courte mais raide de Milly-Lamartine. Comme beaucoup je suis dans les cordes mais bascule in-extremis dans le groupe avec Julien, Jean-Francis et Jimmy Carpentier 🙂 Les plus costauds sont là, une belle relance dans la descente et le break est fait avec nos poursuivants à 50 km de l’arrivée.

L’entente est enfin bonne parmi la dizaine d’hommes qui reste : chacun assure le job dans les parties montantes ou descendantes, et l’homme de tête réalise un numéro devant, toujours à une trentaine de secondes. Il fait chaud, les bidons se vident et je sens les crampes pas loin, m’incitant à lever le pied et surtout bien tourner les jambes dès que ça monte. Aurélien résiste jusqu’au km 125 : dans une courte côte il faiblit d’un coup et nous faisons la jonction à La Roche-Vineuse. Forcément les relais baissent d’intensité et on commence à penser au final. Quelques accélérations secouent le groupe dans les 20 derniers kilomètres et Julien joue très bien le coup en sortant dans la montée de Péronne, prenant 15″ d’avance. Derrière ça grimace et l’écart enfle dans la côte ; Maxence Pedreno sort en contre sans que je ne puisse réagir au changement de rythme.

Bourgogne CycloJ’avale ma dernière goutte de boisson au sommet : encore 10 km à tenir sans eau, plus le choix 😛 Duncan Alexander semble très fort avec Joffrey Degueurce en prenant d’énormes relais : les longues lignes droites du final sont fatales à Maxence et Julien, rejoints à 4 km de la ligne. Nous voilà dix pour la victoire, chacun tente sa chance dans les derniers kilomètres mais David va chercher tout le monde presque à chaque fois. Me sachant battu au sprint je grille ma toute dernière cartouche à la flamme rouge, sur un regroupement dans le dernier faux-plat. Ca part bien, le trou est fait et j’ai le temps d’y croire une demie-minute… mais les derniers hectomètres descendants me sont fatals 🙁 Le sprint est lancé de loin par David De Vecchi qui remporte à nouveau l’épreuve : Joffrey Degueurce, Geoffrey Lucat et Aurélien Philibert me sautent dans cet ordre sur la ligne, où je prends la cinquième place.

Forcément déçu à chaud d’être passé aussi près du hold-up, je me console volontiers avec un top 5 inespéré le matin même avec une condition physique qui s’affine en vue des prochaines échéances de début mai : Prix du Muguet @ Rammersmatt (FFC), Lozérienne, Grimpée du col de Porte, Trois Cols…

Résultat(s) : Bourgogne Cyclo – grand parcours

5 réflexions au sujet de « Bourgogne Cyclo »

  1. Félicitations pour cette belle performance ! Ce n’est pas passé loin et visiblement il ne t’a manqué qu’un petit rien pour gagner … tu pourra retenter pareil une prochaine fois et peut-etre que cette fois le “petit rien” basculera en ta faveur.

  2. Merci 😉
    Y’a quasiment un an j’avais fait le même coup sur un parcours similaire (Raid du Bugey 2017), en partant de plus loin… j’avais échoué à 500 m de la ligne, disons que ça se rapproche gentiment, malgré une condition encore imparfaite. Donc ça va finir par claquer un jour 🙂

Laisser un commentaire