Cimes du lac d’Annecy

La dernière levée du Challenge Rotor Cyclo’Tour est fraîche et ensoleillée à Annecy : point de chaleur aujourd’hui, la chasse aux bidons ne sera pas nécessaire. La saison cyclosportive se termine petit à petit et sur la ligne de départ je ne peux m’empêcher de penser à David Polveroni, Cédric Richard et Stéphane Cognet ; parmi mes habituels adversaires sur ce challenge, ils ont chacun lourdement chuté à vélo récemment 🙁 On leur souhaite évidemment le meilleur rétablissement. Le plateau sera tout de même relevé avec Jean-Francis Pessey, Arnaud Féodoroff, Duncan Alexander, Geoffrey Lucat… Il faudra être patient dans la première moitié de course et en garder pour le col des Prés, où en général les meilleurs se dégagent.

Cimes du lac d'AnnecyEn attendant le départ est donné, avec un tempo élevé imprimé par Arnaud et Jérôme Phanon dès le col de Leschaux. A 5 voire 5.5 W/kg je me contente de rester dans les roues : c’est suffisant comme entrée en matière, et quelques accélérations (dont celle de Nicolas Ougier) permettent de débloquer les jambes. La sélection se fait par l’arrière : une vingtaine d’hommes entament le Semnoz avec déjà de gros écarts derrière, sur un rythme qui ne faiblit pas. Les sensations sont bonnes, le groupe se réduit à une quinzaine de concurrents et je profite du léger replat à mi-pente pour manger. Plus que quelques kilomètres avant le sommet, j’en profite pour accélérer franchement et me réchauffer avant la descente (6°C à la bascule).

C’est trop court pour créer des écarts, mais cela permet d’aborder la descente sans risque avec Jean-Francis qui me relaie. Celle-ci est froide, heureusement ça ne dure pas et la température remonte à Quintal sous un soleil retrouvé. Les relais s’organisent mollement et le duo Ronan Poulizac / Alain Seletto en profite pour prendre 15″ d’avance. Derrière la chasse s’organise, presque tout le monde passe et nous gardons les hommes de tête en visuel jusqu’au col de Plainpalais. Malgré un léger vent favorable la succession de difficultés use les organismes et le groupe reste compact jusqu’au sommet, où le regroupement s’opère. La longue descente est à nouveau sereine malgré le trafic estival ; à St-Jean-d’Arvey il est temps d’enlever coupe-vent et manchettes pour aborder le col des Prés.

Cimes du lac d'AnnecyLes premiers hectomètres se font tempo et l’attaque de Jean-Francis ne tarde pas à venir : gros effort proche de 6.7 W/kg dans sa roue, en force j’arrive à rester au contact avec Jérémy Brunello et Geoffrey. Alain et Duncan recollent à l’entrée de Thoiry ; derrière le groupe a explosé et personne ne reviendra… Habitué à caler dans la seconde partie de l’ascension je veille à récupérer dans le replat et ne pas faire l’effort de trop. Jean-Francis accélère de nouveau dans la partie finale, je suis encore pas mal alors que Geoffrey, Alain et Duncan tirent la langue… Je change de rythme à mon tour, ça casse légèrement mais incapable de maintenir l’allure je me recale dans les roues et nous franchissons ensemble le sommet : six hommes en route pour la victoire car derrière ça pointe déjà à 2′.

La courte descente permet de souffler et se ravitailler ; la taille du groupe est idéale pour organiser des relais efficaces sur les 45 km restants, tout en reprenant des forces pour tenter de faire la différence dans le final. Au Châtelard Jérémy met un gros tempo, insuffisant pour faire craquer les puncheurs du groupe… Jean-Francis attaque plus loin à Bellecombe-en-Bauges : à 20 km de la ligne ça fait très mal, je m’accroche aux branches avec Geoffrey et Jérémy, Alain parvient à rentrer mais pas Duncan, qui finira seul. L’entente à cinq reste bonne ensuite, jusqu’au second passage du col de Leschaux, la dernière occasion de tenter quelque chose avant l’arrivée.

Ce que je fais après l’épingle à droite, mettant tout ce qui reste gros plateau, en deux temps. Derrière ça grimace, je parviens à prendre une poignée de secondes et relance dans la Chapelle-St-Maurice mais ça brûle de partout. A la rupture je me rassoie, poursuis l’effort dans la descente mais celle-ci est bien trop roulante pour résister seul : Jérémy, Jean-Francis et Geoffrey reviennent, suivis par Alain quelques instants plus tard. Les derniers kilomètres descendants sont avalés au train, renseigné par Jérémy sur le final tortueux et parsemé d’obstacles j’arrive à la flamme rouge en tête… mais rapidement débordé à l’entrée des dernières chicanes le long du Laudon 🙁

Cuit à point par mes efforts précédents je parviens à peine à tenir les roues dans la préparation du sprint, où je m’incline logiquement à quelques secondes du vainqueur Geoffrey suivi de Jérémy, Alain et Jean-Francis. Reçu cinq sur cinq (si on peut dire) c’est rageant d’échouer encore si près de la victoire, mais pas de regrets à avoir : avec d’excellentes sensations malgré une semaine chargée en vélo j’ai tout tenté, en vain 🙂 J’aurai une dernière occasion de décrocher la timbale cette saison en cyclosport, à l’occasion des Bosses de Provence dans quelques semaines.

Résultat(s) : Cimes du lac d’Annecy – grand parcours

Laisser un commentaire