Grimpée du col de Porte

Après les orages de la nuit la route est humide et le soleil généreux à La Tronche, pour la traditionnelle grimpée du col de Porte. Petite modification du parcours cette année puisque nous prenons la route classique de la Chartreuse, de quoi faire un joli chrono. Comme d’habitude le plateau est relevé avec le tenant du titre Jérémy Brunello, Joris Ronflet, Florian Callet et la fine fleur des grimpeurs de l’agglomération (même un peu plus loin). De mon côté je ne sais pas comment les jambes vont répondre moins de 48 heures après un fatiguant aller/retour en Lozère ; je soigne particulièrement l’échauffement pour ne pas être trop vite dans le dur.

Grimpée du col de PorteEt il le faut, car le départ en côte ne laisse pas l’occasion de mettre le gros plateau : si l’allure est relativement calme les premiers hectomètres, Jérémy accélère une première fois dès l’approche de Corenc, pour voir 🙂 Le groupe s’étire mais ne casse pas franchement ; pas aérien je subis et tourne les jambes dans les premières positions. Après quelques minutes Romain Fiard déclenche les hostilités et Jérémy contre : personne ne réagit et le duo creuse l’écart dans les fortes pentes de Corenc, alors que j’impose mon train en tête du groupe de chasse. Nicolas Ougier, puis Alexandre Chibko me relaient et je me range dans les roues qui restent, déjà à fond avant le premiers tiers de course 🙁

Jérôme Giraud, Florian C. décrochent et suivent pas loin tandis que Joris, Florian Giboin, Lucas Clocher et Ludovic Colomb suivant le train d’enfer imposé par Alexandre. L’élastique se tend de plus en plus et cède à la sortie de Corenc, lorsque Joris attaque derrière les deux hommes de tête. Incapable de relancer je lâche mètre après mètre sur le groupe, en surveillant ce qui se passe derrière… Devant Jérémy a lâché Romain et s’envole vers un deuxième succès consécutif, alors que Florian C. et Jérôme s’accrochent à mes basques.

Grimpée du col de PorteLa jonction est faite au col de Vence, à moins de 15″ du groupe de chasse. L’entente est bonne dans le replat avec un gros relais de Florian C., qui s’isole avant Le Sappey et rentre sur nos adversaires directs. Lâchant Jérôme j’y parviens presque : moins de 10″ dans le village mais il me manque le coup de rein nécessaire pour faire la jonction. Devant Alexandre prend de nouveau la barre et ramène tout le monde sur Romain : j’ai raté ma chance, la troisième place se jouera sans moi 😛 Reste un chrono de référence à chercher, je reste concentré et retrouve un peu de puissance pour les derniers kilomètres.

Le groupe éclate devant, bien posé sur ma machine je me rapproche et rejoins Ludovic à deux kilomètres de la ligne. Sans faiblir je remets une dent, toujours assis il cède avant la flamme rouge : me voilà huitième avec Florian G. et Romain en ligne de mire. Je me rapproche mais pars de trop loin et viens mourir à 20″ de Romain sur la ligne, huitième donc en 46’36”. Deux minutes plus tôt Jérémy confirme son succès de l’an passé, devant Joris à 40″ et Florian C. (le plus rapide dans la seconde moitié) à 1’10”.

Malgré un parcours légèrement modifié (plus rapide) le chrono est similaire à celui de l’an passé, autour de 1400 m/h sur 45′ avec des sensations moyennes : pas si mal ! Il manque simplement un peu de fraîcheur physique pour jouer tout devant (le podium est moins d’une minute), ce qui est encourageant pour la suite… Prochaine étape aux Trois Cols, pour une virée musclée dans les monts du Lyonnais 😉

Résultat(s) : Grimpée du col de Porte

Laisser un commentaire