Chambérienne Bauges

Après les orages de la veille, un grand ciel bleu surplombe Chambéry ce matin ; la température monte gentiment et annonce des conditions idéales pour ferrailler dans les Bauges. Aux rescapés de la veille s’ajoutent quelques hommes frais comme William Turnes, Cédric Richard ou Julien Lodolo : le départ groupé petit/grand parcours risque d’être nerveux et rapide. Dès la partie neutralisée les jambes sont dures de la veille : comme d’habitude en enchaînant les épreuves il faudra se faire violence tôt, puis gérer le reste de la cyclosportive car la première difficulté arrive au bout de quelques kilomètres, et fait rapidement le tri.

Chambérienne ChartreuseLe peloton est lâché quasiment au pied de la montée de la Thuile ; mieux placé que l’an passé je suis dans le dur dès que la route se cabre. Je m’accroche comme je peux avec Frédéric Ostian, Franck Lemasson tandis que Stéphane Cognet et David Polveroni semblent aussi à l’aise que la veille. L’élastique se tend et casse dans les toboggans avant Thoiry : Stéphane, David, Cédric, William et Thomas Terrettaz s’isolent à l’avant ; j’intègre et mène un groupe de chasse avec Frédéric et Franck, espérant que les jambes reviennent… Je me sens mieux dans le col des Prés et imprime un bon train avec Baptiste Roux, sans réduire l’écart avec la tête (bien au contraire). Nous les perdons de vue tout en revenant sur Thomas : je relance encore l’allure au sommet pour faire la jonction, certains adversaires ne parviennent pas à suivre à la bascule.

A 2′ au sommet l’affaire se complique malgré les gros relais de Baptiste et Damien Poncet, intéressés par le petit parcours… Tout le monde relaie dans la partie vallonnée jusqu’au Châtelard, où l’ami Patrice Pion nous fait prendre un “raccourci” bien raide 🙂 Cela dure que quelques hectomètres et suffit à faire exploser le groupe après 1h30′ de course : seuls Franck, Thomas, Dominique Colliard, Cyril Gaillard et Arnaud Féodoroff m’accompagnent sur le grand parcours en passant devant le ravitaillement. Baptiste et Damien tournent sur le petit parcours à Aillon-le-Jeune ; les relais s’organisent efficacement pour rallier le col de Leschaux. Cette longue transition permet de prendre un bon rythme de croisière, insuffisant pour revenir sur le quatuor de tête tout en conservant une marge minimale sur nos poursuivants.

Chambérienne BaugesBien encadrés par les motos la suite se passe rapidement jusqu’au pied du Mont Revard, où j’attrape une bouteille d’eau car il fait chaud. A peine perturbés par quelques passages gravillonneux on se ravitaille avant la dernière difficulté, où les places d’honneur vont forcément se jouer. Dès le pied Franck monte fort au train, je reste calé derrière lorsque Thomas accélère ; Cyril s’accroche à quelques longueurs alors que Dominique et Arnaud lâchent définitivement l’affaire. Sur une route ombragée en parfait état nous nous relayons bien avec Franck, maintenant longtemps l’écart sous les 30″. L’ascension est longue, régulière et à peine plus roulante sur le sommet : à ce moment je suis encore confiant sur notre capacité à revenir sur la cinquième place…

Sauf que l’ancien coureur élite ne craque pas ; au contraire il accroît son avance à mi-pente, alors que nous voyons Cyril revenir fort de l’arrière. La jonction est faite à quelques kilomètres du sommet, nous voilà trois pour la sixième place car le top 5 semble compromis. Je retrouve de la vigueur dans le faux-plat final, comme mes deux compagnons qui continuent à relayer et attaquent fort la descente. Celle-ci est large et en parfait état, mais rendue pénible dans le trafic estival. Sans moto pour nous signaler c’est difficile de doubler les voitures pas forcément au courant de l’épreuve ; nous arrivons néanmoins groupés à St-Alban-Leysse au prix de quelques relances vigoureuses.

Nous retrouvons des signaleurs dans l’approche finale de Chambéry ; chacun relaie autour de 40-45 km/h pour boucler l’affaire rapidement. Encore quelques ronds-points à négocier et nous voyons enfin la flamme rouge, abordée sans arrière-pensée ni sprint : Cyril coupe la ligne le premier en 3h57, devant Franck et moi qui n’avait plus rien à gagner dans la catégorie 😛 Loin devant Stéphane l’emporte devant David, suivis à une minute par William et Cédric. Comme l’an passé de gros écarts avec une course qui s’est décantée très tôt : pour ma part peu de regrets, après de gros efforts la veille je n’avais plus la force d’accompagner les meilleurs aujourd’hui. Au cumul du week-end je monte sur le podium derrière David et Stéphane, assurément les deux grands bonhommes du week-end… Et reste solidement accroché à la deuxième place du Challenge Rotor Cyclo’Tour, toujours dominé par l’inévitable Stéphane 😉

Résultat(s) : Chambérienne Bauges

Laisser un commentaire