Grand Prix de Fontaine

La saison touche à sa fin, et pourtant il faut rester concentré pour le traditionnel Grand Prix de Fontaine en 3° catégorie. Deux kilomètres bien plats sur une chaussée “moyenne” pendant 45 tours : pas vraiment de quoi s’enthousiasmer après avoir goûté à la montagne toute la saison. Du coup pas d’objectif précis au départ, si ce n’est éviter la chute et aider au maximum Cédric à gagner à domicile, bien que les prétendants soient nombreux parmi les 88 coureurs présents.

Grand Prix de FontaineLe départ est rapide, et les 4 heures de vélo la veille sont difficiles à digérer dès les premières attaques ; la course va être bien longue, surtout avec le fort vent de face ligne droite opposée… Je garde malgré tout ma place dans les 15-20 premières positions du peloton, tant pour éviter les cassures que les chutes, avec les nombreux virages et chicanes du parcours. Après quelques attaques Cédric arrive enfin à prendre un peu de champ avec un coureur de St-Martin-d’Hères ; ils font une dizaine de tours devant, mais à deux c’est difficile de résister et le peloton finit par revenir après une belle partie de manivelles.

De mon côté les sensations ne sont pas extras, et à mi-course je suis déjà bien fatigué quand il faut encaisser les multiples accélérations du peloton. Les rotations défilent ainsi jusqu’à une dizaine de tours du but, où bien placé devant je m’arrache pour suivre une violente attaque. Un coup d’œil derrière au peloton qui n’a pas suivi : à sept coureurs le bon coup semble parti. Les relais sont suffisamment appuyés pour prendre rapidement 30″ d’écart, et je fais le maximum pour tenir mon rang malgré les crampes naissantes.

Certains essaient de tirer au flanc, ça râle un peu mais les tours s’égrènent jusqu’à la cloche où tout le monde commence à se regarder. A la flamme rouge le plus costaud du groupe tente sa chance ; son attaque est téléphonée mais perclus de crampes j’ai toutes les peines du monde à suivre le mouvement. Incapable de me dresser sur les pédales j’aborde le dernier virage à 200 mètres de la ligne en cinquième position… et termine sixième (premier Fontainois).

Pour un grimpeur “longue distance” ce n’est pas mal, même si je ne me suis vraiment pas amusé les 35 premiers tours… J’ai au moins montré (et mouillé) le maillot, une petite récompense pour tous les bénévoles et enfants du club présents à cette manifestation (merci à tous pour les encouragements), même si la victoire n’est pas au bout. Enfin avec les points FFC marqués ce dimanche je n’ai plus de question à me poser sur ma licence la saison prochaine : ce sera une 3° catégorie, avec pourquoi pas quelques épreuves par étapes au programme l’année prochaine…

6 réflexions au sujet de « Grand Prix de Fontaine »

  1. Belle course même si effectivement c’est pas très tripant de tourner en rond. Par contre ce type de course permet de bien travailler en intensité dont l’explosivité. Je pense mettre quelques courses FFC à mon programme l’année prochaine afin de débloquer quelques watts supplémentaires!
    Bonne fin de saison!
    Alban

  2. C’est surtout que la route était un vrai champ de bataille par endroits… je confirme que les Neutrons sont des roues solides : pas un voile malgré des dizaines de trous pris à 50 km/h. Après pour la puissance c’est un excellent exercice, sachant qu’ici on est dans le pire cas : aucune difficulté (je me souviens qu’en minimes/cadets j’aimais bien les parcours de quelques km avec un bon “mur” au milieu :)).

    Je vois que ton côté tu as assuré comme un chef au Ballon : bravo pour ton podium scratch !

  3. C’est exactement ce que j’ai pensé une fois la ligne franchie : du travail bien fait… maintenant on va pouvoir lâcher les chevaux pour la grimpée de St-Nizier 😀
    Tu en seras Olivier ?

  4. Ping : Rodolphe's Blog » Blog Archive » Bilan 2010

Laisser un commentaire